Se développer en Suisse : quête du Graal ou corne d’abondance ?

Retour en Suisse donc – sur le plancher des vaches – bien que la corne d’abondance n’ait rien à voir avec le fromage du même nom ! Et ce n’est pas non plus parce que je vais vous entretenir d’un sujet très terre à terre ; mais quand même un peu. La semaine dernière, j’ai assisté à un afterwork fort intéressant : « Se développer sur le marché suisse ». Vous me suivez ?

Sous le patronage de Cerfrance Haute-Savoie, et organisé par Workup, dans le très moderne Espace 55 à Poisy (ça c’est pour le générique), toute la crème des entrepreneurs.ses de la région était réunie (il faut bien filer encore un peu la métaphore laitière !). Bien qu’il s’agisse là d’un billet d’humeur, parce que vendredi tout est permis, j’en ai découvert de belles sur nos amis suisses, leur conscience civique et autres codes du travail et de la bienséance.

Tout d’abord, soyons précis. « Genève n’est pas la Suisse et la Suisse n’est pas Genève… », mais pour nous, quasi-frontaliers, c’est bien là que ça se passe ! Nous apprenons donc avec une joie non dissimulée que la Suisse est un petit pays qui a besoin des autres, et de nous, tant qu’à faire…

Avec 8,5 millions d’habitants et 597 000 entreprises, des PME principalement, la création d’entreprises se porte bien (+7% en 2017). Alors que le commerce de détail et le tourisme sont en légère baisse (la faute en partie au taux de change), la reprise de la consommation en biens d’équipements et sur le secteur de la construction s’annonce à hauteur de 3,7% en 2018. Jusque-là tout va bien.

D’autant plus que les Suisses ont une forte appétence pour les achats cross-border, avec 61% des commandes sur des sites internet étrangers. Et avec un droit suisse unique – qui ferait saliver plus d’un e-commerçant français –, sachez que dans le code des obligations, aucun délai de rétractation n’est prévu et les délais de livraison ne sont pas encadrés. Mais ça, c’est possible uniquement parce qu’en Suisse, on marche à la confiance, et que la date c’est la date !

Enfin, les secteurs de l’industrie (machines et chimique), de l’horlogerie, des banques et du tourisme tiennent toujours le haut du pavé, mais au moindre soubresaut sur l’une de ces activités, les conséquences sont directes sur la consommation privée. Bon, pas de quoi non plus en faire un fromage.

Maintenant passons aux choses plus sérieuses. Une nouvelle réglementation au 1er janvier 2018 vient perturber quelque peu les échanges transfrontaliers… Je ne vais pas entrer ici dans le détail législatif (prenez donc contact avec Cerfrance), mais attention toutefois aux professions réglementées, et prévenez bien les autorités cantonales 8 jours avant toute intervention sur le territoire suisse (sauf si vous intervenez moins de 8 jours par an).

Par ailleurs, si vous détachez des salariés français sur Suisse, c’est le droit du travail helvétique qui prime, et l’égalité des salaires doit être respectée. Inutile de chercher à passer entre les mailles du filet… c’est là que la conscience civique suisse intervient (et non, il ne s’agit pas de délation, c’est une perception toute culturelle des choses).

Alors si vous comptez implanter votre « Raison individuelle » à Genève, sachez que vous ne pouvez pas installer vos bureaux où bon vous semble. Une localisation géographique est en effet imposée, selon l’activité de votre entreprise. Par ailleurs, notez que le temps de travail est en moyenne de 41h à Genève, avec 4 semaines de vacances. La bonne nouvelle, c’est que les cotisations patronales se situent entre 16 et 30%, 5 à 9,7% pour les indépendants.

Sur ce, je ne vous ferai pas l’affront de vous demander « à quelle heure viiit-on », ni si « ça joue » pour vous, quoique… c’est vendredi, et vendredi tout est permis (bis) ! En espérant que ces quelques considérations vous permettront de « remettre l’église au milieu du village »,

Belle journée !


Pour plus d’informations sérieuses et vérifiées, contactez Cerfrance Haute-Savoie ICI

Merci à Pascal Bardot et Bernard Dorcier pour leurs précieux conseils. Vous avez bien entendu un droit de réponse et de rectification si mes propos ont dépassé les vôtres !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s